L’hydrogène, une filière d’avenir à développer à l’échelle des territoires

Partager cet article
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

L’hydrogène a longtemps été un élément manquant de la lutte contre le réchauffement climatique. Il peut pourtant être produit de manière décarbonée grâce aux progrès de la technologie et de l’électrolyse.

Fort de ce constat, Nicolas Hulot, alors ministre de la Transition Ecologique et solidaire, présentait en 2018 son plan de déploiement de l’hydrogène pour qu’il devienne enfin un pilier de la transition énergétique.

Où en sommes-nous dans le développement de cette filière si prometteuse ?

Tout d’abord, rappelons que l’hydrogène est traditionnellement utilisé dans l’industrie, pour alimenter des moteurs par exemple.

Il peut être produit de différentes manières, notamment par l’électrolyse de l’eau. Cette méthode consiste à produire de l’hydrogène par décomposition de la molécule d’eau à partir d’un courant électrique.

Si l’électricité utilisée est d’origine renouvelable, on peut parler d’hydrogène décarboné ou d’hydrogène bas carbone. Surtout, l’hydrogène est stockable, ce qui offre de nouvelles perspectives, notamment pour l’autoconsommation à l’échelle d’un bâtiment ou d’un territoire, mais également pour le marché automobile.

Cette méthode ne représente cependant qu’environ 1% de l’hydrogène produit aujourd’hui. Cela s’explique notamment par son coût de production et par le coût des infrastructures nécessaires.

Le potentiel de développement est donc conséquent avec à la clé de nombreuses créations d’emplois possibles pour les territoires.
L’importance du maillage territorial

Le développement de véhicules à hydrogène semble notamment être une filière d’avenir. Mais ce développement se heurte à un problème majeur : la nécessité de mettre en place des structures de recharges et d’alimentation.

Cet impératif freine le déploiement des véhicules à hydrogène pour les particuliers. Cela s’explique par le coût que représenterait un réseau de plusieurs centaines de stations-services sur l’ensemble du territoire.

Pour lever ce frein majeur au développement d’une filière hydrogène française compétitive, le développement d’écosystèmes territoriaux s’avère être une piste à privilégier.

Une collectivité peut notamment jouer le rôle d’impulsion : grâce à la flotte de véhicules dont elle dispose, elle peut permettre d’assurer une partie de la rentabilité d’une station.

La région Rhône Alpes a par exemple lancé le projet « Zero Emission Valley ». Il s’agit d’un partenariat public privé pour le développement de 20 stations d’hydrogène associées à une flotte de 1 000 véhicules à horizon 2023.

Le projet HyWay, piloté par Tenerrdis, qui rassemble des acteurs publics et privés est également moteur dans le développement de la filière hydrogène en Rhône Alpes. Grâce à ce projet, une centrale de production d’hydrogène est en place sur le site du CEA à Grenoble depuis l’été 2018 et une autre sur le port de Lyon depuis 2020.

L’impulsion donné par les territoires est donc une étape essentielle avant d’envisager le développement de l’utilisation de véhicules à hydrogène pour les particuliers.

La nécessité de soutenir la filière hydrogène

Un soutien des pouvoirs publics est nécessaire pour accélérer le développement de projets de production d’hydrogène bas carbone. Cela passe d’abord par la multiplication de projets à l’échelle des territoires pour enclencher une dynamique.  

A ce sujet, les choses s’accélèrent au niveau national avec la création d’un Conseil National de l’Hydrogène en 2021. Le gouvernement prévoit en effet de mobiliser 7 milliards d’euros pour développer la filière hydrogène française.

L’ADEME multiplie de son côté les appels à projets « écosystèmes territoriaux d’hydrogène » et le nombre de projets présentés est en augmentation. Ces appels couvrent différents domaines : usages industriels, usages en mobilité et applications stationnaires.

De nombreux conseils régionaux s’engagent aux côtés de l’ADEME pour soutenir ces initiatives.

Pour la suite, ces projets devront être relayés au niveau interrégional voire au niveau national pour avoir davantage d’impact et d’effet de masse.

Avec l’appui des financements européens, l’hydrogène pourrait ensuite devenir compétitif d’ici une dizaine d’années.

Energ’Isère vous accompagne dans vos projets d’hydrogène bas carbone

Energ’Isère fait partie des acteurs de confiance qui s’inscrivent dans le développement de projets au cœur de la transition écologique. Nous accompagnons et nous coordonnons l’ensemble des acteurs à l’échelle d’un territoire, qui souhaitent mettre en place un projet d’avenir lié à la filière hydrogène.

L’engagement de l’ensemble des acteurs d’un territoire est essentiel pour mener à bien ce type de projet. Notre capacité à travailler de manière collaborative et participative constituent ainsi un atout pour ce type de projet.

N’hésitez pas à nous contacter.